Comment faire l'avocat du diable sans passer pour le méchant

Comment faire l'avocat du diable sans passer pour le méchant

En plein brainstorming, une nouvelle idée est mise sur la table par un collègue. Sauf que voilà, vous n'aimez pas vraiment cette idée.

Exprimez votre opinion avec trop de ferveur et vous risquez d'offenser vos collègues ou d'écraser une bonne idée qui pourrait se développer plus tard.

Ne dîtes rien, une idée à laquelle vous ne croyez pas pourrait se développer, vous laissant inquiet quant au sort de votre entreprise et l'évolution de votre poste.

C'est dans ces types de situations où pour exprimer son opinion sans froisser, on entend souvent dire "Je vais un peu faire l'avocat du diable...".

Et oui, ce petit diable peut être votre ami, si vous savez comment l'utiliser. Après tout, être la voix dissidente dont votre équipe a besoin nécessite un peu de stratégie.

Voici donc quelques lignes directrices pour faire l'avocat du diable, sans passer pour le méchant.


Avocat du diable : la bonne façon de placer ses arguments

1. Savoir quand jouer le rôle

Avant de faire l'avocat du diable au bureau, vous devez d'abord vous demander si cela en vaut la peine.

Il y a des situations où quels que soient vos arguments, ils ne feront qu'envenimer le débat ou alors des situations où la décision finale est fonction de la majorité, sans autre forme d'analyse.

Le meilleur moment pour être un avocat du diable c'est lorsque le sens de votre expression peut encore faire bouger les lignes ou simplement prêter à réfléchir de façon constructive.

Si vous décidez de jouer à l'avocat du diable, la prochaine étape n'est pas de parler, mais d'écouter.


2. Savoir écouter

Avant de pouvoir justifier votre désaccord avec l'idée de quelqu'un, laissez-la d'abord vous l'exposer complètement.

Pendant que vous écoutez, essayez de trouver des façons d'être réellement d'accord, que ce soit dans le processus ou dans l'intention. Trouver un terrain d'entente aidera à adoucir votre expression et montrera que vous avez pris le temps d'examiner l'idée sous tous les angles.


3. Bousculer l'idée en bon avocat du diable

Même si vous êtes sûr qu'une idée n'a ni queue ni tête, la personne qui la partage pense évidemment le contraire. Alors après avoir entendu tous ses arguments, demandez comment l'application de son idée se ferait si on devait la mettre en oeuvre.

En permettant à votre collègue d'expliquer comment diverses situations réelles seraient gérées, vous confirmez non seulement qu'elle a pris en compte ces problèmes potentiels (ou non), mais vous lui donnez la possibilité de réfléchir aux points faibles de son idée sans la remettre en cause.

N’oubliez pas non plus de garder l’esprit ouvert pendant cette étape. Se faire l'avocat du diable des idées de quelqu'un d'autre signifie également que vous devez appliquer les mêmes normes aux vôtres.

Donnez une chance honnête aux idées et testez également vos propres hypothèses. Vous pourriez découvrir que l'idée a du mérite, après tout.


4. Rester positif

Le poète français Charles Baudelaire a écrit un jour : "Le meilleur tour du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas". C'est à peu près ce que vous voulez accomplir si vous jouez le rôle vous-même.

Cela signifie que même si vous n'êtes pas d'accord avec quelqu'un, vous devez garder un ton positif et encourageant, et essayer de souligner que votre objectif est de résoudre le problème en équipe, et pas seulement d'abattre une idée.


5. Ne tirez pas sur l'ambulance

menu canonisation locution expression latin articles advocatus diaboli

Une fois que vous avez fait valoir votre point de vue, ne vous attardez pas. 

Si tout le monde est convaincu par votre argument, cela ne vous donne pas le droit de jubiler. Et si vous n'arrivez pas à convaincre, admettez la défaite. Même le meilleur avocat au monde ne gagne pas à tous les coups, à fortiori si vous défendez à chaque fois le diable.

Faire l'avocat du diable demande de savoir manier sa langue. Lorsque un avocat du diable joue son rôle à la perfection cela peut non seulement aider à faire avancer ses propres idées, mais aussi à renforcer la confiance des collègues.

À lire aussi :

👉 Quel type de leader êtes-vous ?

👉 Comment être plus assertif au travail sans passer pour un con

Publié par Kliner

Trouver une aide ménagère qualifiée n’a jamais été aussi simple

Vous aimerez aussi…

Ménage de Qualité à la Demande

Développez votre activité de ménage